Adieu Grey, bonjour Jaune - Janvier 2018

Une couleur en moins, une couleur en plus !

J’aurais du me fier à mon premier instinct concernant Grey. Sans surprise, il a été décevant et ce assez rapidement. Un brave type, certes, mais il n’a pas compris ce qu’était une Maîtresse et je n’ai pas l’envie et le temps de lui apprendre des choses surtout lorsqu’elles sont aussi basiques que le respect des règles instaurées, la ponctualité, la précision, l’humilité. Je veux bien « tirer un soumis » vers le haut mais ma patience à des limites.

Avoir une Maîtresse, ça n’est pas lui envoyer des dizaines de mails ou sms à longueur de journée, ça n’est pas devenir intrusif dans sa vie personnelle en tentant de la contacter sur les réseaux sociaux, ça n’est pas être approximatif voir changeant dans son planning surtout quand on sait qu’on part avec le handicap de la distance et qu’il y a deux autres soumis dans le cheptel pour lesquels il faut aussi organiser le temps.

Avoir une Maîtresse c’est faire ce qu’elle dit, quand elle le dit, comme elle le dit et FERMER SA GUEULE !

Ce que n’a pas compris Lionel, pour lui redonner son prénom, c’est que je ne suis pas là pour lui plaire, je ne suis pas non plus à sa disposition. Je ne suis pas là pour être juste ou agréable. Ni même compatissante. Il a confondu « avoir une Maîtresse » et « se payer une Maîtresse », il a confondu « rentrer dans un cheptel » et « être le client roi ».

Après plusieurs (et déjà trop nombreux) avertissements/recadrages, je fini par lui poser un piège (oui j’ai aussi une limite dans ma bienveillance), à savoir qu’il décide lui même après 3 jours d’isolement, s’il souhaite ou non garder son collier en m’envoyant un sms le 1er janvier 2018.

Je lui fais croire que, d’ici là,  il ne sera pas convié pour passer le nouvel an à mes côtés comme je l’avais prévu. Sauf que les dés étaient pipés…Je n’ai jamais eu l’intention de passer nouvel an avec mes sujets, je ne passe pas mes fêtes avec mes soumis, je ne mange même plus avec eux ni à table, ni au restau : à chacun sa place ! J’avais certes prévu une petite sauterie le vendredi 29 avec mes trois couleurs mais j’ai du annuler à cause de son planning à lui privant mes deux autres soumis méritant d’une dernière entrevue en 2017 que j’avais longuement préparée.

Comme il n’y a pas plus con et prévisible qu’un soumis frustré à l’amour propre mal placé, il a EVIDEMENT – et à mon grand soulagement d’ailleurs - rendu sa couleur qui, dans le fond, n’en n’était même pas une.

En parallèle, j’ai rajouté une couleur à ma palette : le jaune.

Le sujet a 62 ans et est plutôt bien conservé, il fait plus jeune que les deux autres alors qu’il est le plus âgé,  il est à la retraite et n’habite qu’à quelques minutes à pieds de chez moi. La proximité et la disponibilité  sont des atouts incontestables !


Le profil de mon nouveau soumis est assez intéressant, il vient parfaitement compléter le profil de Verdé de qui il est assez opposé et donc complémentaire, ce qui me permettra de varier les plaisirs. Plus maso que soumis (pour l’instant !), il ne s’est jamais réellement impliqué dans une vrai relation avec une Maîtresse en dehors de séances payantes et ponctuelles.

Il apprécie tout types d’immobilisations, de châtiments corporels, il est également légèrement fétichiste des pieds/chaussures. Il jouie d’une expérience de 20 ans ce qui ne sera pas toujours une qualité : j’ai en mémoire son compte rendu d’entrevue avec moi que j’ai trouvé tiré à quatre épingles, trop juste, trop aseptisé et dénoué de passion.

Jean-Louis de son ancien petit nom, aura la couleur Jaune. C’est la couleur qu’il m’inspire immédiatement lorsque je le rencontre car il est dynamique, joyeux et, pour ne rien gâcher, intelligent.

Je sais que le parcours sera plus complexe qu’avec les deux autres, c’est de toute façon toujours le cas avec un profil de masochiste surtout quand il a été un « gentil client » toute sa vie. Je finirai peut être par rire jaune mais j’aime bien les challenges. La trame avec lui sera de le faire évoluer en tant que soumis et pas uniquement en tant que masochiste et pour ce faire je vais l’obliger à faire des tâches ingrates comme le repassage, le taxi, le ménage. Elles seront des étapes dans son avilissement.

Il ne connaît pas le fouet, pas encore du moins.

J’ai attendu plusieurs semaines avant de dire à Jaune qu’il intégrait le cheptel. En effet, comme il avait encore des liens avec une dominatrice pour qui j’ai un profond respect, j’attendais de la voir de visu pour lui parler de sa candidature afin d’avoir son absolution.

Mardi 12 décembre dans la nuit : « viens me chercher chez Maîtresse C immédiatement » et quelques instants plus tard je suis dans sa belle voiture de sport pour rentrer chez moi. Action-réaction : ça me plaît !

Je ne parle pas, je suis froide, silencieuse et « pet sec ». J’adore ce coté « méchant » qu’il m’inspire naturellement, ça me détend. En plus, je sais que c’est la seule façon d’avancer avec lui : garder ses distances, être imprévisible, cruelle. Etre la Bête qui sommeil de plus en plus légèrement dans mon fort intérieur.

Nous arrivons devant chez moi, il est pratiquement 2h du matin et la rue est déserte, il m’ouvre la portière et se met à 4 pattes devant moi quand je le lui demande.

Je  fais le tour sans parler pour lui coller un violant coup de pied sur le flanc droit, je passe de l’autre côté et j’égalise le score sur ses côtes gauches (la symétrie c’est important).

S’il me recontacte rapidement c’est qu’il a compris ce qui l’attend alors il sera confirmé dans Colors of Caly.

Quelques minutes plus tard par sms : « Merci Madame d’avoir eu l’honneur de vous raccompagner. Humblement Jean Louis »


Bienvenue Jaune. Bon courage.

Cravachement






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Maîtresse Caly : Des news

Colors of Caly : Verdé nov 2017

Imagination fertile ou quand une Maîtresse est une femme-enfant