Articles

Affichage des articles du 2017

Colors of Caly : Grey décembre 2017

Image
Le cheptel s’agrandit, une deuxième couleur vient compléter la palette : le gris.
Le sujet est un homme de 50 ans que j’ai rencontré il y a plusieurs mois, il s’appelle Lionel. Longtemps infirmier dans un service psychiatrique, il est aujourd’hui en pleine reconversion professionnelle. Je me dis qu’avec cette expérience chez les fous il devrait avoir suffisamment de patience pour me supporter !
J’ai longtemps hésité sur sa candidature car il ne correspondait pas tout à fait aux critères de sélection que je m’étais fixée. Entre autre, je ne voulais que des soumis vivant à proximité ce qui facilite les échanges et – pour être totalement honnête – j’aime bien qu’on réponde à mes caprices rapidement quelque soit le moment du jour ou de la nuit. Mais bon, comme j’ai l’esprit de contradiction, je décide de lui laisser sa chance…
J’ai décidé de le rebaptisé « Grey » non pas parce qu’il est jeune, riche et qu’il se déplace en hélicoptère (loin de là) mais tout simplement parce que c’est une coul…

Soumis Verdé : mise au point, début du dressage

Image
sms du 30/11/17 : « Verdé, je ne vais pas confirmer ta période d’essai demain, je m’accorde 15 jours de réflexion supplémentaires pour voir comment tu évolues avant de prendre ma décision. Si tu ne te sens pas à la hauteur, si tu trouves des excuses à tout ou si ça te dépasse, tu peux jeter l’éponge. Pour ma part, il n’y a pas de place pour la médiocrité donc ressaisi-toi et vite ! »
Voilà le message qu’à reçu mon cher soumis qui semblait si parfait durant les premières semaines. C’est humain, l’homme a tendance à se relâcher lorsqu’il est en confiance, ça ne me convient pas. Pas du tout ! S’il y a bien une chose que je déteste tout de suite après le mensonge, c’est le manque de constance.
Je vieillie - mal sans doute - mon seuil de tolérance est donc bien plus proche de zéro qu’avant. Je décide de mettre Verdé en quarantaine quelques jours, ça lui fera les pieds et ça lui permettra sans doute de réfléchir un peu à sa connerie. Je ne puni pas « physiquement » un soumis qui se relâche…

Soumis Verdé - bilan au bout d'1 mois

Image
Depuis notre entretien « d’embauche », la relation s’installe doucement mais sûrement et il me donne entière satisfaction, je peux même dire que cela fait bien longtemps que je n’ai pas eu de soumis comme lui. D’ailleurs, quand je dis soumis, je devrais plutôt dire esclave dans son cas…Mais j’attendrais un peu avant de lui offrir ce titre.
Même si je dois être vigilante, tant pour qu’il fasse le deuil de sa femme en douceur que pour parfaire son éducation, il est incontestablement dévoué. Il exécute toutes les tâches qui lui sont confiées sans attendre quoi que ce soit en retour et, pour très bizarre que cela puisse vous paraître, c’est une qualité rare aujourd’hui. Une qualité qui me permet de respirer sans me poser de question. De vivre pleinement cette nouvelle relation.
Les soumis, de nos jours, ne font rarement rien sans rien alors j’apprécie en silence tout en continuant de le tester. Je ne lui ai donc pas encore fais de séance, je veux tester sa patience et s’il craque avant la f…

Un livre à lire sans faute !!!

Image
« Maux à mots » de Folia – Edition BDSMent Notre (voir lien Folia dans mes liens)

Retour en arrière, fin 2016.
Le BDSM est devenu un phénomène à la mode depuis quelques années, avec cet engouement il a perdu de son prestige.La vulgarisation, la « sexualisation » des relations D /s et/ou SM ont fait trembler la terre de mon univers, faisant chuter les lettres de noblesses du BDSM allant jusqu’àme faire perdre mon essence de Maîtresse pure sang.

Je respectais, et c’est toujours le cas, l’approche de chacun mais je ne me reconnaissais pas dans cette aire bling-bling et superficielle. Alors je me suis éteinte, doucement mais sûrement. Je me suis fondue dans la masse, je suis devenue une domina exclusivement vénale, une personnage « publique », sympathique, festif et sans âme.
Alors un jour, j’ai préféré enfermer Maîtresse Caly dans une cave plutôt que de la laisser devenir une caricature, une domina vieillissante et aigrie.
J’ai donc pris cette « retraite » qui m’a permis de faire le poin…