Episode 2 : SEL reçoit son engagement de future esclave (rédaction Sel - fiction)

Je suis donc rentré chez moi et ai commencé ma vie "d'encagé". Jour après jour, j'ai appris à laver mon sexe en faisant circuler de l'eau savonneuse au travers de la cage puis à mettre de la crème aux endroits exposés à la friction avec les bords de la cage. Chose, plus importante, j'ai du apprendre à considérer mon sexe comme ne m'appartenant plus et petit à petit cette idée s'est ancrée dans mon esprit, me préparant à une totale appartenance à Maîtresse. Disposant de beaucoup de temps, je suis allé naviguer sur internet pour découvrir qu'un nombre croissant d'hommes étaient soumis à cette même obligation, certains avec "libération" périodique et d'autres non. Tant les commentaires des Dominatrices que les confessions des soumis expliquaient que cette chasteté forcée et la frustration qui en résultait maintenaient l'esclave en perpétuel état d'attente, sensation que j'éprouvais en effet de plus en plus. Je me demandais quel serait le régime qui me serait imposé mais connaissant Maîtresse et son niveau d'exigence je m'attendais à peu de clémence. 


J'avais bien sûr communiqué mon adresse personnelle et - après un long temps de silence - je reçus successivement plusieurs messages bien dans le style de celle que je pensais pouvoir commencer à appeler "ma" Maîtresse. 

- "Bonjour mon petit sel, j'espère que tu penses tout le temps à moi, à propos je veux que tu perdes 5 kilos avant de paraître devant moi, tu n'es pas gros mais un bon esclave doit être maigre, d'ailleurs si un jour je t'accepte chez moi, attends toi à être peu nourri". On ne discute pas un ordre de Maîtresse et j'ai donc décidé de m'appliquer un régime strict me permettant d'atteindre le poids requis dans un délai resserré.
Une autre lettre est arrivée en accompagnement d'un colis dans lequel j'ai découvert un plug qui me parut de dimensions impressionnantes même pour mon anus déjà dilaté. "Bonjour sel, tout va bien, tu penses toujours à ta Maîtresse? Je te préviens que tu devras porter ce plug le jour où je te convoquerai, si ce jour arrive, bonne soirée et prépares toi bien physiquement et mentalement, tu sais que cette fois ci aucune faiblesse ne sera permise". Je me suis donc mis en mesure d'augmenter la dilatation de mon anus, au bout de quelques jours le plug rentrait non sans peine et je décidais alors de le porter un minimum de deux heures par jour pour être prêt le jour venu.  



A force d'avoir le sexe verrouillé et l'anus de plus en plus ouvert, je changeais à la fois physiquement et mentalement: il me semblait de plus en plus normal de ne plus avoir d'érections et au contraire de ressentir le plaisir de la pénétration anale, ainsi je me sentais de plus en plus prêt à être asservi, dominé, possédé et utilisé. J'étais bien entendu conscient que Maîtresse Caly avait mobilisé toute son intelligence et son expérience pour bâtir un programme de conditionnement d'une efficacité redoutable mais ceci ne faisait qu'accroître ma motivation: comment en effet ne pas vouloir appartenir à une Dominatrice aussi Maîtresse de son Art, d'autant plus que, par bonté mais également our parachever son programme de dressage à distance, Maîtresse m'avait envoyé quelques superbes photos d'elle que je contemplais longuement pour m'aider à supporter mon sort.



C'est donc dans un état de soumission déjà avancé que je reçus une lettre accompagnée d'un projet d'engagement à signer. La lettre disait 
- "Sel voici le document que tu dois signer si tu veux redevenir mon esclave. Ce n'est pas un contrat - tu sais que je n'aime pas çà - mais un engagement unilatéral. Il  est hors de question que tu y changes une virgule, tu ne peux qu'accepter ou refuser de le signer et alors disparaître cette fois définitivement de mon Monde. Réfléchis bien quand même avant de signer car après tu n'auras plus d'échappatoire, en effet je prendrai des dispositions - que tu connaîtras en temps utile - pour te maintenir en esclavage quand bien même tu changerais d'avis"



Je repris mon souffle - conscient d'être sur le point de franchir un seuil au delà duquel tout marche arrière était impossible - et me mis à lire doucement mais le cœur battant le texte qui devait en effet sceller mon destin.    


(PROCHAIN CHAPITRE DE LA CONFESSION LE TEXTE DE L ENGAGEMENT ET LA SUITE DU PROCESSUS)


***

Le mot de Maîtresse Caly concernant cette série rédigée par Sel :

Il s'agit bien entendu, pour la 1ère fois sur mon blog, d'une fiction totalement sortie de l'imaginaire de Sel qui a perdu son collier depuis plusieurs mois. Ne lui reste plus que ses fabulations pour s'évader de son quotidien et retrouver sa place à mes pieds.

Je n'ai pas pour habitude de publier  ce genre de divagation mais cela ne fera qu'accentuer sa pénitence puisque c'est tout ce qu'il lui reste autant que tout le monde le sache (suis-j
e cruelle ?!!!)

J'en profite pour féliciter
 un admirateur qui se reconnaîtra et qui avait remarqué, dés le 1er épisode, qu'il pouvait s'agir d'une fiction compte tenu de mon caractère (diamanta)

Bonne lecture à tous.



Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Message de Sel devenu chien perdu sans collier
    Chère Maîtresse Caly,
    C'est vrai Vous êtes cruelle quand Vous étalez mon infortune - méritée - aux yeux de tous mais la cruauté Vous va si bien et elle fait partie de Votre charme. Vous avez raison: ce texte me permet de rêver à l'époque heureuse où j'étais à Vos Pieds Divins ,une place qu'une partie de ma personne n'a pas réellement quittée. En outre cela reste un honneur de figurer dans Votre blog. Je vais donc dès que possible achever ce récit qui n'est pas si loin de ce que j'aurais voulu vivre et subir si j'avais été libre de mes mouvements, et dont Vous jugerez s'il mérite ou non de figurer dans Vos colonnes.
    Croyez chère Maîtresse Caly, à mes sentiments soumis et respectueux SEL

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Soumis N. : Avant ma première séance avec Maîtresse Caly

Deux regards pour une seule soirée - Debriefs de Princess et de Poivre pour "L'apéro des soubrettes"

Les fouets de Charon Delaforge