Articles

Affichage des articles du février, 2016

Correspondance Maîtresse / Poivre suite à une séance avec 3 soumis

Image
Caly bis 

"Aujourd'hui il y a 2 Maîtresse Caly" m'annonce Maîtresse Caly avec son air mutin.  Qu'a t elle pu encore imaginer ? Je m'inquiète !  

Cela ne m’empêche pas d'admirer encore une fois sa tenue qu'elle met un point d'honneur à varier à chacune de nos rencontres. Elle est très belle avec un haut noir en tissu léger couvrant ses seins, laissant les épaules nues pour se refermer derrière son cou et une petite jupe en cuir noir, toute simple. Une tenue que j'adore, élégante, légèrement évocatrice, mettant en valeur sa silhouette équilibrée. Ses cheveux scintillaient quand elle passait devant une bougie tandis que ses yeux étincellent en permanence. 

Soudain j'ai compris ! Maîtresse Caly m'avait demandé de mettre une jupe en cuir qu'elle m'avait apportée. La même que la sienne. Elle voulait m'offrir le plaisir de me sentir elle. Quelle classe ! 

Un peu plus tard, je le suis retrouvé attaché à l'anneau qui pendait du plafo…

Mes épices en séance : debriefs croisés de Poivre et Sel (janvier 2016)

Image
Cette semaine, j'ai reçu Sel et Poivre, mes deux dévoués que je ne présente plus, pour une séance à deux. Particulièrement agacée ce jour là, j'ai décidé de passer mes nerfs en m'amusant avec eux une fois de plus.
Comme c'était leur première séance de l'année en duo, je leur ai demandé de me faire un debrief chacun de leur côté pour pouvoir ensuite les fusionner ici sur mon blog que vous êtes de plus en plus nombreux à suivre.



Voici donc une nouvelle aventure illustrée, je vous en souhaite une sadique lecture...


Cravachement,
Maîtresse Caly


***
P : Poivre a écrit 
S : Sel a écrit 



Poivre : Dès qu'elle est apparue, il était évident que Maîtresse Caly était de mauvaise humeur. Cette situation ne pouvait que conduire à un déchaînement de violence. Si elle ne l'avait pas fait spontanément, je le lui aurai demandé pour évacuer cette tension. Quand j'ai compris que Sel allait être associé, j'ai eu pitié pour lui. Après tout, il n'y était pour rien, ne savait p…