Articles

Affichage des articles du septembre, 2015

Correspondance avec le petit esclave novice suite au debriefing de sa séance du 15/9/2015 - Paris 17ème

Image
Bonjour « sans nom pour le moment »,
Quel plaisir de recevoir ton debriefing, celui-ci vient confirmer l’impression que tu m’as laissé en partant de chez moi après ta 1èreséance.
Nombre de novices n’osent pas franchir le cap, sans doute dans la crainte de voir disparaître en une heure leurs fantasmes les plus inavouables ou, tout simplement, par peur. Peur de l’inconnu, peur de ne pas être à la hauteur à cause d’une inexpérience latente, peur de mettre à jour des penchants qui pourraient devenir incontrôlables. Bref, par manque de couilles au cul, si je dois résumer cela d’un point de vu toute à fait personnel, les gens n’osent plus faire grand chose de leurs vies et c’est bien dommage (surtout pour eux).
Tu ne fais plus partie de cette petite bande de médiocres qui se contentent de passer leur temps à se trouver des excuses à tout, tu as eu le cran d’ouvrir cette porte et j’aurais le plaisir de la refermer derrière toi pour t’emprisonner ici, à mes pieds.
Le fait que je te reconnaisse le…

Debriefing de la séance de "Sans nom pour le moment", petit esclave novice du 15/9/2015 - Paris 17ème

Image

Vous avez dit fétichisme du pied....

Image
Petit cadeau pour les adorateurs de pieds, quelques photos de mon petit 36 qui vous attend pour des sessions d'1/2h voir plus : contempler, masser, lécher, subir...les combinaisons sont aussi multiples que vos fantasmes inavouables : Ball busting, Cock ball torture, Dirty feet worship, foot fetish, Foot gaging, Foot job Crushing, Foot shocking, fétichisme pied, pédicure, orteils, podophilie, Tramping, Écrasement










photos Criss Touf : http://crisstoph.jimdo.com/

Bulletin d'humeur : Déification

Image
--> Femmes battues, enfants maltraités, guerre, famines, viols, meurtres, pédophilie, crises, catastrophes naturelles, précarité…Autant de circonstances qu’on ne peut, avec la meilleure intention, éviter. On ne peut, à la limite, que compatir, s’insurger, être peiné ou aider. Pleurer de ces gouttes salées qui se meurent à la commissure des lèvres, pleurer de notre fatale impuissance devant ce désordre. On ne peut rien changer, on ne peut rien maîtriser…
Je refuse cette civilisation dans laquelle la réalité est si dure qu’elle n’est gouvernable que par le chaos le plus absolu. Je me console en me proclamant divinité d’un univers parallèle où les choses n’obéissent plus qu’à un plan précis. : Le mien.
Celui où mes caprices, mes exigences, ma violence sont des lois qui vous protègent et non pas une destinée qui vous détruit. Un univers dans lequel je suis une déesse bienveillante, un royaume dans lequel mes pouvoirs sont sans limites, une bulle où je contrôle tout y compris la so…