Articles

Affichage des articles du juillet, 2012

Ma Chair et tendre

Image
Sadomasochisme…Quand cette passion coule dans les veines, elle devient un véritable mais très savoureux poison auquel il est si bon de s’abandonner…

Je ne parle pas de « jeux » mais je parle de natures profondes comme bien peu de dominants ou de dominés peuvent s’en contenter.

Je ne parle pas de la mise en scène, ni de l’instrumentation, ni même de l’accoutrement qui, finalement, ne sont souvent là que pour combler le manque d’humanité de certains ou nourrir des égos surdimensionnés de tant d’autres.

Non, je parle du sadomasochisme avec un grand « S » :
Le « S » de Sensualité,
Le « S » de Sentiment,
Le « S » de Sincérité…

Le « S » qu’on utilise aussi, tout simplement, lorsqu’on parle au pluriel.

Oui, le sadomasochisme est une émotion qui se partage à deux. Une histoire qui s’écrit sans individualisme et qui n’a de réelle essence que lorsqu’elle est vécue en tandem.

Je parle de cette relation si pure et pourtant si difficile à comprendre de l’extérieur.

A tous ceux qui ne prennent pas…

Les Maux pour le dire – Avril 2011 - La main verte

Image
18h :

Ma main plonge dans sa crinière poivre sel et, déjà, toutes mes interrogations disparaissent, un peu comme ces vagues que je crée au dessus de son crâne avec mes doigts et qui s’échouent à l’arrière de sa tête.

Toi, cet inconnu qui parcours tant de kilomètres pour venir me trouver,
Toi, qui te retrouves nu, à genoux devant moi,
Toi qui es sous l’emprise de ta pulsion…

Sais-tu au moins ce que tu m’offres ?

Moi, que tu ne connaîtras jamais au delà de cette heure que je t’accorde,
Moi, cette dominatrice souriante qui pourtant te fait peur,
Moi, cette femme pour qui tu seras unique pendant quelques instants seulement.

J’empoigne ta nuque et, au fur et à mesure où je descends ton visage jusqu’à mon escarpin, mon excitation, elle, grimpe en moi, comme un lierre illégitime sur son mur.

Je tire tes cheveux pour que ta bouche laisse passer ta langue. Tu embrasses le dessus de mon pied, le lèches puis tètes et suces les extrémités de ma chaussure. Mes sens fleurissent comme des rosiers a…